Strategies Financieres & Economiques

American sniper

Posted on novembre 25, 2017 in Uncategorized by

Spread the love

Le Mystère d’un poète a paru en français, il y a quelques mois, chez Perrin. A le voir, grand et vigoureux, drapé dans son manteau brun, coiffé du chapeau à larges bords fendu au milieu, un bon sourire errant sous ses fortes moustaches grisonnantes, on le prendrait pour un gentilhomme campagnard. Il faut bien que les mouchards se casent quelque part, eux et leurs casiers (judiciaires) ; ces fonctionnaires — qu’on méprise, je ne sais pourquoi, beaucoup plus que les autres, — ont une façon à eux de présenter les choses ; la lecture d’une gazette barométrique où ils font la pluie et le beau temps, suffit à le démontrer. C’est un réceptacle à libéralités. Il faut prendre en considération, en effet, les habitudes de plus en plus casanières du peuple français : le peu d’intérêt qu’il porte à ce qui se passe au-delà de ses frontières ; et l’ennui, la fatigue terrible que lui cause l’étude même superficielle des questions qui l’intéressent directement. Le journal doit nécessairement tenir compte de cette déperdition, chaque jour plus grande en France, de la faculté d’attention. Il s’avance jusqu’à la porte, ouverte sur le Salone, et, par-dessus cette cohue, au-dessus de la masse humaine en mouvement, il crie encore le nom sans écho. Craindre inutilement les USA ne servira pas à nous protéger des autres. Et elles s’expriment quotidiennement par les TPE-PME qui jouent le jeu de l’économie de proximité, ne délocalisent pas leur savoir-faire ni l’emploi. Moins de travail, mais plus de capital et plus de productivité par tête. Car l’Espagne et l’Italie sont aujourd’hui sur le même régime démographique que l’Allemagne. American sniper aime à rappeler cette maxime de Léonard de Vinci « Sachez vous éloigner car, lorsque vous reviendrez à votre travail, votre jugement sera plus sûr ». On lui a proposé la députation, sans qu’il ait jamais consenti à laisser voter sur son nom. Elle a recours, pour prouver sa bonne foi, aux arguties, aux circonlocutions, aux désaveux, aux faux-fuyants et aux échappatoires. Le temps des compromis est passé, et voici l’heure des luttes définitives. Les ignoramus de la Presse sont la conséquence logique des ignoramus de l’école ; il y a des ignoramus laïques ; il n’y a même, pour ainsi dire, que des ignoramus dans l’enseignement laïque.

Pages