Strategies Financieres & Economiques

Guides de propriétaires

Posted on novembre 25, 2017 in Uncategorized by

Spread the love

Quand une force extérieure au système vient à le rencontrer, la modification qu’elle subit en intensité, en direction, en vitesse, est déterminée par la nature du corps, c’est-à-dire par l’ensemble des habitudes ou manières de réagir de ses éléments. Mais il y a, selon nous, dans l’habitude quelque chose de plus. On a plus d’une fois fait ressortir la relation intime de l’habitude avec l’inertie. Pour nous qui rejetons à l’égard de la matière toute idée de substantialité et ne reconnaissons en elle qu’une sensation, nous considérons au contraire l’inertie comme une propriété de la force, ou plutôt comme l’impossibilité pour toute force de se modifier, de se changer elle-même. Face à ce contexte, le rôle et l’attitude des différents partenaires diplomatiques ou opérateurs économiques (publics ou privés), désireux de coopérer sur le plan institutionnel ou de se saisir des opportunités de ce marché, seront essentiels pour concrétiser la réalité d’une « ouverture iranienne ». Une autre notion qui a des relations intimes avec l’habitude est celle d’adaptation. Guides de propriétaires ajoute : « Nous pouvons avoir une vision de l’intérieur mais même si cet intérieur ne donne rien, il nous invite à entrer. Il y a aussi des choses, ajoute-t-il, dont nous nous souvenons beaucoup mieux, pour les avoir vues une seule fois, que nous ne nous souvenons de certaines autres que nous avons vues souvent. Si le premier accomplissement ne créait déjà l’habitude, des milliers de répétitions ne pourraient lui donner naissance ; car la répétition ne peut produire qu’une accumulation, et à cette accumulation chaque acte, même le premier, doit avoir contribué dans une certaine mesure. Ainsi la répétition ne fait que fortifier l’habitude ; mais un acte, même quand il n’a été accompli qu’une seule fois, laisse déjà après lui, une disposition qui est le point de départ de l’habitude. Ils reprennent à leur compte l’opinion mécaniste selon laquelle la prospérité est une question d’emploi et où l’emploi est déterminé par « demande » : les dépenses publiques, la consommation des ménages et la demande en investissements. Il faut de toute nécessité reconnaître qu’elles sont dans le premier acte, que le second est déjà, pour une part si faible que l’on voudra, un effet de l’habitude, sans qu’il résulte cependant de la répétition plus ou moins fréquente d’un même mouvement ; mais qu’il suffit d’un premier mouvement pour créer le germe d’une habitude, auquel chaque mouvement ultérieur ajoutera quelque nouveau développement. Peut-être enfin faut-il ajouter à la répétition ou à la prolongation du mouvement, comme une cause aussi puissante de l’habitude, l’intensité du mouvement, la vivacité de l’impression ou l’énergie de l’effort… Le second mouvement, qui ne peut résulter d’une répétition, puisqu’il n’a été précédé que d’un acte unique et premier dont il est lui-même la répétition, qui peut cependant expliquer le troisième et lui transmet, pour être indéfiniment augmentée, la force génératrice de l’habitude, quelle est à lui sa raison d’être et d’où lui vient sa puissance de préparer l’acte futur ? Une serrure joue mieux après avoir servi ; il a fallu d’abord plus de force pour vaincre certaines résistances, certaines aspérités du mécanisme ; cette destruction des résistances est un phénomène d’habitude. Rien que l’intelligence puisse atteindre au delà de superficielles apparences et de lois non moins superficielles de connaissance. Elle aussi prit souvent pour les objets favoris de ses spéculations des « formalités » vides, produits logiques de l’entendement ; et souvent ses fauteurs méritèrent cette appellationGens ratione ferox et mentem pasta chimæris. Si vous ressortez la boule à zéro de chez le coiffeur, vous n’y retournerez pas.

Pages