Strategies Financieres & Economiques

Les propriétaires de suites

Posted on novembre 24, 2017 in Uncategorized by

Spread the love

Nous venons en effet d’adopter, en juin dernier, la loi autorisant la vente de médicaments en ligne. Ce sont là deux moqueries. Ce ne sera pas un détour ; on ne fera qu’aller droit au but. Les sensations dont on parle sont inextensives. Ainsi, peut-on nous dire, quoique les statuts sur les jeux illicites soient insoutenables en théorie, quoique tout le monde doive être libre de jouer chez soi, ou chez les autres, ou dans quelque lieu de réunion fondé par souscription et ouvert seulement aux membres et à leurs visiteurs, néanmoins il ne faut pas permettre les maisons de jeux publiques. Les propriétaires de suites aime à rappeler ce proverbe chinois « Quand les riches maigrissent, les pauvres meurent de faim ». Pour que les mouvements de notre système astronomique se perpétuent avec la régularité et l’harmonie qui nous frappent, il n’a pas seulement fallu que la matière fût soumise à l’action permanente d’une force dont la loi est très-simple, comme celle de la gravitation universelle ; il a encore fallu que les masses du Soleil et des planètes, leurs distances respectives, leurs distances aux étoiles, leurs vitesses à une certaine époque, aient été proportionnées de manière que ces astres décrivissent périodiquement des orbites presque circulaires et invariables, sauf de légères perturbations qui le Si vous interrogez, leurs noms sortent de partout. La question était de savoir si l’on avait affaire à des haches véritables ou à des fragments de silex brisés accidentellement. Notre vie intérieure dépendra bien encore de nous jusqu’à un certain point ; mais, pour un observateur placé au dehors, rien ne distinguera notre activité, d’un automa­tisme absolu. Perdus dans la marée montante des têtes humaines, les hommes de talent ou de génie s’habitueront donc à n’avoir besoin, pour se soutenir en leurs travaux, que de l’estime d’un petit nombre et de la leur propre. Elle a d’ailleurs singulièrement facilité les choses en intercalant des intermédiaires entre nous et elle : nous avons une famille, nous exerçons un métier ou une profession ; nous appartenons à notre commune, à notre arrondissement, à notre département ; et, là où l’insertion du groupe dans la société est parfaite, il nous suffit, à la rigueur, de remplir nos obligations vis-à-vis du groupe pour être quittes envers la société. Mais la vérité est tout autre, et nous sommes réellement, quoique par des parties de nous-mêmes qui varient sans cesse et où ne siègent que des actions virtuelles, dans tout ce que nous percevons. Le lecteur français peut s’irriter ou se féliciter de cet avenir en rose pour l’économie américaine : il va pourtant, si les négociations aboutissent, en profiter par le biais de l’accord de libre-échange transatlantique TTIP. Si l’insuffisance de fonds propres n’est évaluée qu’à l’aune du ratio standard de solvabilité (CET1) plutôt qu’en utilisant le ratio de levier (fonds propres / total des actifs) plus simple et moins manipulable par les banques, on ne sera pas à l’abri de déconvenues du même type. Mais ne comptons pas trop sur l’apparition d’une grande âme privilégiée.

Pages